Aller au contenu

Le projet

Le Projet

Historique

À mon retour au Québec après une sabbatique d’un an dans l’Ouest canadien, je cherchais un endroit pour me construire une minimaison, mais je me suis vite rendu compte qu’il n’existait pas de zonage ou de quartier dans les villes qui permettait ce type de construction. De façon un peu naïve, j’ai donc eu l’idée de créer le quartier au complet pour ainsi créer le zonage adapté à ma vision.

Je ne réalisais pas l’ampleur du projet dans lequel je venais de m’embarquer et c’est presque tant mieux, car je ne l’aurais peut-être pas fait. C’est en mai 2016 alors que je faisais une intervention au conseil municipal de Sherbrooke que tout a démarré en grand. Tous les journalistes voulaient couvrir cette idée de maison abordable et pendant quelques jours j’ai donné des entrevues aux médias de partout au Québec. Au même moment, une rencontre avec Guillaume Brien D.G. de la Fédération des coopératives d’habitations de l’Estrie est venue encore mieux définir le projet puisqu’eux travaillaient à un concept de coopérative de propriétaires. Le Petit Quartier était né!

Richard Painchaud, initiateur du projet

Greenwood Avenue Cottages, designed by Ross Chapin Architects and developed by The Cottage Company

L’inspiration

Un très célèbre architecte de la côte ouest-américaine, Ross Chapin, a créé il y a quelques années le concept des Pocket Neighborhoods. Des ilots d’habitation regroupés autour d’un parc commun avec comme objectif de favoriser l’échange entre voisins. Un merveilleux concept qui s’applique tellement bien à l’idée coopérative!

Nous avons donc poussé ce concept un peu plus loin en créant un environnement qui favorise la propriété commune en ajoutant des bâtiments communautaires, terrasse et piscine, plusieurs parcs, un grand jardin communautaire de 3 000 pi2 ainsi qu’un immense boisé de 6 hectares déposé en zone de protection naturel au ministère de l’Environnement.

Les voitures y sont stationnées un peu en retrait afin d’apporter une plus grande sécurité pour les résidents et aussi leurs enfants. Évidemment, tout ça ne ressemble en rien au développement usuel des villes et l’acceptation de cet urbanisme nouveau était déjà un premier défi.

Entraide et partage

Chaque coopérative a la possibilité de définir ses propres valeurs et, pour Le Petit Quartier, les valeurs d’entraide et de partage sont apparues de façon quasi évidente.

Nos membres apportent tous des connaissances et des compétences importantes avec des professions diverses de plombier à chimiste, d’enseignant à camionneur. Quel que soit le dossier à régler ou la question à poser, on a des gens compétents.

Pour nous le partage est très certainement l’aspect le plus logique et le plus économique. À quoi bon avoir tous des outils qu’on utilise une fois par 5 ans? Une tondeuse dont on a besoin 20 minutes par semaine ou d’un four à raclette qu’on sort une fois par année? En fait, tout ce que je n’utilise que rarement sera mis en partage dans nos bâtiments communautaires.

La plus grande économie restera toujours le bien ou le service que je n’aurai pas à acheter!

Des questions ? Consultez nos questions fréquentes ou contactez-nous !

Nos partenaires

Ingénieurs, architectes, urbanistes ou constructeurs ne sont que quelques-uns des très nombreux professionnels impliqués, à un moment ou un autre, dans un projet de cette importance. Les nommer tous serait particulièrement long, mais une mention spéciale revient à Construction et Rénovation Jérémie Houle de Sherbrooke qui, depuis déjà 3 ans, nous aide dans le développement du Petit Quartier.

Une autre mention très honorable va à la ville de Sherbrooke qui nous aide et supporte depuis le tout début. En vraie pionnière, elle est la première municipalité à approuver ce type de développement en zone urbaine au Canada.

La Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie a clairement été le principal porteur de dossiers pour nous et nous lui devons l’existence même du Petit Quartier.

Évidemment, il est impossible de ne pas remercier les très nombreux membres, actuels ou passés, qui y ont investi des milliers d’heures de bénévolat.