La Tribune – 29 Octobre 2022

laTRIBUNE – 73 minimaisons dans le secteur de Fleurimont : Le Petit Quartier dépose ses plans

 

https://www.latribune.ca/2022/10/29/73-minimaisons-dans-le-secteur-de-fleurimont–le-petit-quartier-depose-ses-plans-2eeeef99a35d077a6391ce51dddc1593

Ariane Aubert Bonn, INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL

ARIANE AUBERT BONN, INITIATIVE DE JOURNALISME LOCAL
La Tribune
Les plans révisés du Petit Quartier seront déposés mardi à la Ville de Sherbrooke. Le développement coopératif de 73 minimaisons dans Fleurimont pourrait voir sa construction débuter d’ici six mois, après de nombreux imprévus qui ont retardé le processus.

Les habitations de petite taille seront disposées en grappe sur un terrain de 4,18 hectares, assorti d’une zone de conservation de 5,6 hectares qui sera remise à la municipalité. Stationnements, piscine, bâtiment communautaire et espaces verts seront mis en commun.

Sur la table depuis 2017, le projet a connu son lot d’obstacles retardant sa mise à exécution. La chargée de projet pour la Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie, Maryse Goddard, explique que comme il s’agissait d’une première coopérative de propriétaires, tout était à inventer.

«Normalement, quand on achète une maison, on achète l’entièreté. Là, ce qu’on achète, c’est l’usufruit. Avec la coopérative, on fait un démembrement de la propriété. (…) C’est une première au Canada, alors il y a eu tout un défi avec les partenaires financiers. Il a fallu créer un mouvement de coopératives de propriétaires. Il fallait trouver une institution qui finançait l’usufruit, mais normalement, c’est interdit. Tout était à créer.» Une entente avec Desjardins a permis de créer un mode de financement personnalisé pour le projet. «C’est une coopérative qui en accueille une autre», dit Mme Goddard en ajoutant que d’autres institutions financières pourront également offrir du financement si elles conçoivent un modèle adapté à la formule.

Défis importants

Les plans du projet ont dû être revus en cours de parcours pour s’adapter au phénomène des acquisitions prescriptives. «On parle de résidents riverains au projet qui ont entretenu une portion du terrain pendant un certain nombre d’années et qui peuvent donc revendiquer la superficie. Ça nous a obligés à revoir la disposition des maisons, mais le nombre est demeuré le même à 73», souligne Maryse Goddard.

D’autres défis ont forcé le report de certaines étapes du projet, souligne la chargée de projet. «Notre firme de génie-conseil a eu une restructuration majeure. Ils ont choisi avec quels clients ils voulaient poursuivre, alors ça a été un moment d’insécurité. Puis, la pénurie de main-d’œuvre a aussi touché la ville de Sherbrooke, ce qui a eu un impact sur nous. Par moment, il n’y avait plus personne qui travaillait sur notre projet.»

Aujourd’hui, cependant, tous les morceaux sont en place pour un démarrage imminent. «On est à la porte du début du projet. Selon moi, d’ici six mois les travaux seront commencés. On n’est pas à l’abri d’un imprévu, parce qu’on a vécu plusieurs situations impensables dans ce dossier-là, mais on est prêts.»

Maryse Goddard est chargée de projet pour la réalisation du Petit Quartier.

Étapes à venir

«Dans l’ordre ou le désordre, dit Maryse Goddard à la blague, on va déposer le projet à la ville et ensuite il nous manque une autorisation du ministère de l’Environnement pour pouvoir jeter nos eaux dans les réseaux d’aqueduc et d’égouts municipaux. Il y aura finalement une entente entre la ville et le promoteur, qui est la coopérative, et on sera prêts à démarrer.» La construction sera assurée par Jérémie Houle.

Projet en demande

Si, depuis 2017, les réservations vont bon train, Mme Goddard ne cache pas le fait que les délais ont occasionné un roulement dans la liste. «Les acheteurs ne savent pas combien ça va coûter en raison de la fluctuation du prix des matériaux. Il y a des membres qui sont là depuis le début en 2017, d’autres sont arrivés et repartis parce que le projet ne leur convenait plus. Certains terrains se sont vendus plusieurs fois.»

Malgré tout, la demande est au rendez-vous, dit-elle. «On a plus de la moitié des terrains qui sont réservés, soit 42 à l’heure actuelle. Mais je suis certaine que dès qu’on va dire qu’on démarrera le projet, il y en a plein qui vont embarquer.»

Le mode coopératif

Acheter une maison dans une coopérative de propriétaires est différent, dit Mme Goddard. «L’achat est garanti dans un délai, et vous revendez à la coop. La coop choisit ses membres. Le prix de rachat sera ajusté en fonction des fluctuations du marché. Ça permet quand même d’accumuler un actif. Les gens achètent 25 % en bas de la valeur du marché parce que la Fondation met 25 % dans le projet, mais la Fondation va s’assurer que le prochain bénéficie aussi du même avantage. Les membres partagent des frais communs pour la piscine, le jardin communautaire, le bâtiment communautaire, le déneigement et la gestion des matières résiduelles.»

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *